Bienvenue sur l'Appel Africain
MAIL NEWSLETTER
Une valeur est requise.
Politique Economie Société Afrique Monde Santé Culture et Arts Géopolitique Sports Technologie Education Science Diplomatie Libre Opinion religion
Internationale Page d'Accueil
Liberia : les cinq clés de la victoire de George Weah

L’ancien attaquant star a remporté le match de sa vie, en étant élu président du Liberia avec 61,5 % des voix, selon les résultats provisoires communiqués jeudi 28 décembre. Une victoire construite de longue date.C’est une histoire aux allures de contes de fées. L’enfant du ghetto, devenu footballeur star, vient d’être élu président de son pays. George Weah, idole du Liberia depuis les années 1990 et ses exploits sportifs, pouvait compter sur sa popularité pour séduire les électeurs. Mais il a aussi mis sur pied une véritable machine à gagner. Tour d’horizon des clés de sa victoire.

 

1- Ses origines autochtones

 

Alors qu’au Liberia la fracture entre les populations « indigènes » et les « afro-américains » reste importante, les origines autochtones de George Weah ont été un atout. Depuis l’indépendance du pays, en 1847, les afro-américains bien que minoritaires – ils représentent environ 5 % de la population – forment en effet l’élite économique et politique du pays. Ces descendants d’esclaves affranchis aux États-Unis ont presque toujours été à Mansion House, le palais présidentiel. Avant George Weah, seul Samuel Doe (président de 1986 à 1990), était un autochtone.>>> LIRE AUSSI – George Weah : « Je suis le choix des Libériens »Une situation qui a nourri les ressentiments et une certaine incompréhension entre l’élite et les plus modestes. Dans un des pays les plus pauvres au monde, George Weah incarne ainsi pour beaucoup l’espoir d’une vie meilleure. Né dans un bidonville de Monrovia, élevé par ses grands-parents, il a fait campagne en assurant à ses partisans qu’il les comprenait et qu’il était le mieux à même d’améliorer leur existence.

 

2- Sa pugnacité

 

Immense star dans son pays, George Weah a néanmoins échoué à deux reprises avant de parvenir à être élu président. En 2005, il se lance dans la course à la magistrature suprême et arrive en tête du premier tour. Mais il perd finalement au second tour en ne recueillant que 40,4 % des suffrages. Ellen Johnson Sirleafdevient alors la première femme chef d’État en Afrique. Six ans plus tard, Weah concourt au poste de vice-président, sur le ticket de Winston Tubman, mais échoue à nouveau.Après ces deux défaites, l’ancien footballeur tente de gommer ses faiblesses. Critiqué pour sa mauvaise maîtrise de l’anglais et son faible niveau scolaire, il passe ainsi un diplôme aux États-Unis. Puis en 2014, il se fait élire sénateur dans le comté de Montserrado, où se trouve la capitale, Monrovia. S’il siège très peu, il se prévaut dès lors d’une expérience politique.

 

3- Ses alliances stratégiques

 

Comme aux États-Unis, les électeurs libériens votent pour un ticket présidentiel. Le choix du vice-président est ainsi stratégique. Pour sa troisième tentative, George Weah a décidé de s’allier avec Jewel Howard-Taylor. Un choix sulfureux mais tactique. Si l’ancienne femme de Charles Taylor, condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, est suspectée d’avoir joué un rôle trouble pendant la guerre civile, elle lui a également permis de récolter de nombreuses voix. Dans le comté de Bong, où elle est sénatrice, George Weah a recueilli 70 % des voix, selon les résultats provisoires publiés par la commission électorale (NEC) jeudi 28 décembre, alors qu’en 2005, lors de sa première candidature, il n’y avait recueilli que 10 % des suffrages.Le ralliement dans l’entre-deux-tours de Prince Johnson a également été déterminant. Là encore, le soutien de cet ancien seigneur de guerre a alimenté les polémiques. Mais fort de ses 8,2 % obtenus au premier tour, Prince Johnson a apporté de nombreuses voix, notamment dans son comté natal de Nimba, le deuxième plus peuplé du pays.

 

4- Le bilan en demi-teinte d’Ellen Johnson Sirleaf

 

Après douze années de pouvoir d’Ellen Johnson Sirleaf, George Weah a su incarner le changement. Si la première femme chef d’État d’Afrique, prix Nobel de la paix en 2011, bénéficie d’une bonne image à l’international, elle est en revanche critiquée dans son propre pays.>>> LIRE AUSSI – Le bilan mitigé d’Ellen Johnson SirleafAprès quinze années de guerre civile, elle est parvenue à faire revenir la paix, mais le développement du Liberia reste très insuffisant. Même dans la capitale, l’électricité et l’eau courante sont peu disponibles. Sans compter que l’épidémie d’Ebola, en 2014 et 2015, qui a fait 11 000 morts, a été un coup très dur, notamment pour l’économie, dont le pays peine toujours à se relever. Enfin, de nombreux Libériens souffrent de la corruption généralisée.

 

5- La division de ses adversaires

 

Ces douze dernières années, George Weah a mis sur pied un parti, le Congress for Democratic Change, conçu comme une machine à gagner. Mais lors de cette élection présidentielle, l’ancien footballeur a aussi profité des faiblesses de son principal adversaire, Joseph Boakai. Vice-président d’Ellen Johnson Sirleaf depuis 2005, il n’a pu compter sur le soutien de la présidente sortante et a dû faire campagne avec un parti, celui de l’Unité, qui n’était pas pleinement mobilisé derrière sa candidature.La chef d’État sortante a en effet joué un jeu trouble. Elle ne s’est jamais affichée aux côtés du candidat de sa formation politique, laissant ainsi prospérer les rumeurs sur son soutien à ses opposants. Dans les derniers jours de la campagne, on a même vu Ellen Johnson Sirleaf en compagnie de George Weah.

Share Jeune Afrique
   
 
 
Santé
Ebola : Kinshasa renforce des mesures de surveillance sur le fleuve Congo
La ville de Kinshasa renforce les mesures de surveillance contre la fièvre hémorragique à virus Ebola, le long du fleuve Congo.... [Lire]

Politique
RDC : les sénateurs s’opposent au transfert des eaux congolaises vers le lac Tchad
Les sénateurs congolais ont rejeté l’idée de transférer les eaux de la rivière Ubangi vers le lac Tchad. Ils se sont ainsi exprimés, vendredi 25 mai à Kinshasa, lors de la plénière sur l’examen du rapport de la commission Environnement, Resso... [Lire]

Politique
RDC : l’OIF recommande la poursuite du nettoyage du fichier électoral
L’OIF a présenté les résultats de son audit sur le fichier électoral vendredi 25 mai à Kinshasa. Elle note notamment le caractère inclusif et exhaustif du fichier électoral, mais également des faiblesses.... [Lire]

Politique
Ketsia, la yaya de Bilenge ya mwinda de St Joseph portée disparue
... [Lire]

Politique
Rdc: le renforcement de la presence de la Monusco en ligne de mire
La MONUSCO va renforcer sa présence au Maniema, notamment en rétablissement ses vols vers Kindu. Outre les préparatifs des élections, il est aussi question d’étudier comment « réduire l’influence et mettre fin aux actions commises par les grou... [Lire]

Politique
RDC: la nouvelle répartition des sièges à l'Assemblée nationale connue
Avec  55 sièges contre 51 en 2011, Kinshasa  sera la province la plus représentée numériquement à la prochaine Assemblée nationale. La capitale prend la place de l’Ex-Katanga qui avait 72 sièges en 2011. ... [Lire]

Politique
Monusco: la fin de la "guerre asymétrique" des Adf à Beni dans le viseur
La Monusco et la Sadc ont discuté sur la possibilité d’adapter la Brigade des Nations unies à la « guerre asymétrique imposée » par les rebelles ougandais des ADF.... [Lire]

Politique
Justice: Fatou Bensouda pour la collaboration RDC-CPI
La procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda a clôturé sa visite de trois jours en République démocratique du Congo. Pendant son séjour elle s'est entretenue avec le président Kabila, les ministres de la Justice et celui de la Défense, les me... [Lire]

Sports
LDC: l'Entente de Setif atomisé par le TP Mazembe
Devant l’Entente Sportive Sétifienne, le TPM a fait plus qu’empocher les trois points. Au-delà du succès et de son ampleur, l’équipe a fait plus en montrant une vraie force de caractère et la montée en puissance du groupe. .... [Lire]

Politique
OCHA: la conférence internationale sur la crise humanitaire se tient sans la Rdc
La conférence internationale sur la crise humanitaire sur la RDC se tient ce vendredi sans la RDC... [Lire]

 
Ebola : Kinshasa renforce des mesures de surveillance sur le fleuve Congo
RDC : les sénateurs s’opposent au transfert des eaux congolaises vers le lac Tchad
RDC : l’OIF recommande la poursuite du nettoyage du fichier électoral
Ketsia, la yaya de Bilenge ya mwinda de St Joseph portée disparue
Rdc: le renforcement de la presence de la Monusco en ligne de mire
RDC: la nouvelle répartition des sièges à l'Assemblée nationale connue
Monusco: la fin de la "guerre asymétrique" des Adf à Beni dans le viseur
Justice: Fatou Bensouda pour la collaboration RDC-CPI
LDC: l'Entente de Setif atomisé par le TP Mazembe
OCHA: la conférence internationale sur la crise humanitaire se tient sans la Rdc
Monusco: Leila Zerrougui déterminée à tourner la page des conflits en Ituri
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?
Rdc: plus de 300 enfants directement affectés par les violences en 3 semaines (Monusco)
Monusco: des rapports mensuels sur la Rdc attendus dorénavant par le Conseil de Sécurité de l'Onu
Rdc: la première Dame réaffirme son engagement aux actions de lutte contre la tuberculose
Monusco:Leila Zerrougui veut identifier les menaces securitaires dans le Nord Kivu
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !
Monusco: Première visite Leila Zerrougui au grand Kasaï
RDC : les matières électorales au centre de la rentrée parlementaire de mars
Monusco:conference de presse du 14 mars
 
 
 
E c r i v e z - N o u s




 


     
Politique   Economie   Société   Afrique   Monde   Santé   Culture et Arts   Géopolitique   Sports   Technologie   Education   Science   Diplomatie   Libre Opinion   religion  
Nationale   Provinciale   Internationale   Libre Opinion  
Webmail | Manager | Design by NJNO | Copyright © L'appel Africain
Fermer
Fermer
Fermer